PORTAL/PORTAL_MEDIAS_6_XML WML key not defined !

Crystal Framework le portail d'Archimed

Recherche

  
    + de critères

 

IDENTIFIEZ VOUS...

 N° de lecteur
 
 Chiffres après les
zéros sur votre carte
de lecteur BM de Tours
Exemple :
n° de carte 22376001234567
n° de lecteur à saisir : 1234567
 
 Mot de passe
 
 Jour et mois de naissance en 4 chiffres (jjmm)
 
Pour accéder à votre compte lecteur et à des
services personnalisés (suivre vos emprunts,
réserver, etc ...)

 

Panier

Mon panier contenant mes noticesMon panier
Mon panier contenant mes recherchesMes recherches

 

Historique

  • Aucun historique de navigation disponible.

 

LIENS UTILES

 

Instagram :  Retrouvez ici les images issues des collections patrimoniales de la Bibliothèque municipale de Tours

 

 

Enluminures : Cette base de données propose la consultation gratuite de plus de 80 000 images d'enluminures conservées dans les manuscrits médiévaux des bibliothèques municipales françaises, dont les manuscrits de Tours.

 

 

 

CCfr : à partir de ce lien vous pouvez accéder au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques de France, à la base Patrimoine (qui contient une partie des fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques françaises) et à la base PALME (catalogue des manuscrits littéraires français du 20e siècle). La Réserve des livres précieux de la bibliothèque ainsi que les ouvrages de l'Ancien Fonds (1940-1954)  y sont présents.

 

  

 

Bibliothèques virtuelles humanistes (Centre d'Etudes supérieures de la Renaissance de Tours) : plusieurs de nos ouvrages du 16e siècle issus principalement du fonds Marcel sont consultables sur cette base.

 

 

 

 

 



 

Septembre-Octobre 2016 /// André Thévet : un cosmographe de la Renaissance

 

André Thevet

 

Parmi les nombreux ouvrages acquis grâce à la générosité de l’association des Amis de la Bibliothèque et du Musée on trouve une belle édition des Vrais portraits et vies des hommes illustres (Rés. 8156) du « cosmographe » de la Renaissance André Thevet (1516-1592).

 

  

Un « cosmographe » de la Renaissance

 

Après des études au couvent des Franciscains d'Angoulême puis à l’université de Poitiers, Thevet entre au service du cardinal d’Amboise, qui lui offre l’occasion de premiers voyages en Espagne et au Portugal.

Gagné par la passion des voyages – comme nombre de ses contemporains -, il effectue en 1549-1550 un long périple dans l’Orient ottoman, qui le mène de la Crète à Damas en passant par Constantinople, Alexandrie, Le Caire et Jérusalem. II fera paraître le récit de ses pérégrinations en 1554, sous le titre de Cosmographie du Levant.  L’ouvrage, rédigé en grande partie par François de Belleforest, reçut un bon accueil du public, en raison de son illustration.

 

            A peine rentré en France, Thevet accompagne en 1551 le capitaine Guillaume Le Testu dans une mission exploratrice au Brésil. Cette participation lui vaut d’être désigné comme aumônier de l'expédition dirigée du vice-amiral Villegagnon pour établir une colonie française au Brésil.

 

 

 

André Thevet séjourne de la mi-novembre 1555 à la fin janvier 1556, sur un îlot à l'entrée de la baie de Rio de Janeiro, là où se trouve la forteresse des Français, le Fort Coligny. Malade, il doit cependant rentrer en France après seulement 10 semaines passées sur place.

À son retour il publie en 1557 Les Singularitez de la France antarctique, compte-rendu des observations qu'il a pu faire des pays et peuples vus durant son voyage au Nouveau Monde. Cet ouvrage le rend célèbre et lui permet de devenir en 1560 « cosmographe du roy », c’est-à-dire géographe officiel.

Fort de ses expériences et de son titre, Thevet entreprend une vaste Cosmographie universelle, publié en 1575. Dans cette première encyclopédie géographique moderne de près de mille feuillets, il mêle observations héritées de ses voyages et informations compilées chez divers auteurs ; les données les plus exactes y côtoient encore des traditions légendaires rapportées depuis l’Antiquité et le Moyen Age, comme l’existence de la licorne.

 

Une biographie universelle


            L’œuvre à laquelle nous allons nous attacher maintenant n’est pas la plus célèbre d’André Thevet et ne relève pas de la littérature géographique, mais du genre biographique.

En 1584 il fait paraître les Vrais portraits et vies des hommes illustres, divisés en huit « livres », qui sont autant de chapitres.

 

 

 

Son ambition est de dresser le portrait de tous les grands hommes, depuis les origines chrétiennes du monde jusqu’à son époque.

Le genre biographique est alors remis à l’honneur en France depuis le succès considérable remporté par les Vies des hommes illustres de Plutarque, dans la traduction désormais classique de Jacques Amyot, publiée pour la première fois en 1559.

Contrairement au philosophe et érudit grec, Thevet ne s’attache pas à ne portraiturer que les grands hommes qui se sont illustré dans la politique ou dans la guerre.

 

 

 

Il accorde évidemment une place importante aux figures qui ont marqué le christianisme, depuis les pères de l'Église jusqu’aux papes de la Renaissance en passant par les théologiens et les saints du Moyen Âge.

 

 
 

 

 

Les écrivains et philosophes païens de l’Antiquité (Homère, Aristote, Cicéron…) ou les humanistes (Pic de la Mirandole, Thomas More, Erasme, Guillaume Budé…), sont aussi largement représentés dans le recueil.

 

 

Mais ce qui fait la particularité des Vrais portraits et témoigne de l’ouverture d’esprit de leur auteur, c’est la place accordée à des personnages qui ne relèvent ni de l’Antiquité classique, ni du monde chrétien.

 

A côté des notices consacrées aux découvreurs et conquérants, comme Christophe Colomb, Magellan, Cortés ou Pizarre, Thevet dresse le portrait de souverains musulmans prestigieux, comme Saladin ou le sultan Mahomet II, mais aussi de six souverains amérindiens, du dernier empereur aztèque Montézuma à Nacolabsou, « roy du promontoire des Cannibales ».

 

   

 

Il faut néanmoins tempérer la largeur d’esprit d’André Thevet sur un point important et reconnaître que le biographe n’était pas un adepte de la « gender history » : trois femmes seulement trouvent place dans le recueil quand les hommes sont au nombre de 230 : la poétesse Sappho, la reine Artémise, qui fit construire l’une des sept merveilles du monde, le Mausolée, et – publication française oblige - Jeanne d’Arc.

 

Autre lacune constatée : à une époque de grande floraison artistique, la quasi-absence de notices consacrées à des artistes, alors même que l’italien Vasari a publié dès 1550 ses Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes.

 

 

 

  

 

Une somme illustrée

 

Compilation érudite, les Vrais portraits constituent également un ouvrage d’art, tant son illustration brille par sa qualité et sa quantité.

André Thevet a tenu à illustrer chaque notice biographique par un portrait qu’il a voulu aussi fidèle que possible. Ainsi, le portait d’Homère ne représente pas le poète de son vivant, en faisant appel à l’imagination, mais reproduit fidèlement une statue antique, censée donner une image plus authentique du personnage.

 

 

 

Pour prendre un autre exemple, le portait du roi François Ier  s’inspire manifestement d’une peinture du souverain et offre une image immédiatement reconnaissable jusqu’à nos jours.

 

 

 

L’ouvrage présente donc 226 portraits de gravures en taille douce (sur cuivre, au burin), dont ceux du roi Henri III, à qui il est dédié, et d’André Thevet lui-même.

La gravure sur cuivre n’est alors pas encore très répandue dans l’illustration des livres, en raison de son coût élevé : ne pouvant pas être imprimée sur la même presse que les textes, elle nécessite beaucoup plus de travail.

André Thevet accorde une grande importance à la qualité des illustrations de son livre.

Pour réaliser les figures des Vrais portraits et vies des hommes illustres, il fait appel à des graveurs flamands, les meilleurs « experts, bien duits et entendus pour graver & représenter au naif l’air & le pourtrait des personnages ».

 

 

 

(cliquez sur les images pour les faire apparaitre en plus grand dans une nouvelle fenêtre)



Catalogues d'exposition en vente

 

Ces catalogues d'exposition sont disponibles à la vente à la Bibliothèque Centrale (salle Patrimoine & Touraine)

Si vous souhaitez des informations complémentaires vous pouvez nous contacter à cette adresse  : patrimoine@bm-tours.fr

 

 

 

 

Une Comédie inachevée : Balzac et l'illustration 

 

7,65€

 

Yves Bonnefoy : peinture et poésie, 1993-2005

 

30€

  

 

 

Boylesve

16,75 €

Rabelais dans tous ses états

9,15€

 

 

 

 La maison Mame : deux siècles d'édition à Tours

18€

  



Les collections patrimoniales de la Bibliothèque municipale sont sur Instagram

Depuis novembre 2015, l'espace Patrimoine et Touraine est présent sur Instagram. Cette application, un des réseaux sociaux les plus populaires après Facebook, permet de partager des photographies et des vidéos.
Première en France à dédier un compte Instagram à ses collections patrimoniales, la Bibliothèque de Tours offre ainsi la possibilité à tout un chacun d'admirer les richesses qu'elle conserve.
 Les photographies postées sur le compte Instagram sont publiées simultanément sur la page Facebook de la Bibliothèque de Tours, offrant ainsi une fenêtre ouverte sur ses trésors patrimoniaux.
 
Expositions, gravures, photographies, manuscrits, livres anciens, livres d'artistes, découvrez dès à présent l'incroyable diversité de ses collections.