PORTAL/PORTAL_MEDIAS_7_XML WML key not defined !

Crystal Framework le portail d'Archimed

Recherche

  
    + de critères

 

IDENTIFIEZ VOUS...

 N° de lecteur
 
 Chiffres après les
zéros sur votre carte
de lecteur BM de Tours
Exemple :
n° de carte 22376001234567
n° de lecteur à saisir : 1234567
 
 Mot de passe
 
 Jour et mois de naissance en 4 chiffres (jjmm)
 
Pour accéder à votre compte lecteur et à des
services personnalisés (suivre vos emprunts,
réserver, etc ...)

 

Panier

Mon panier contenant mes noticesMon panier
Mon panier contenant mes recherchesMes recherches

 

Historique

  • Aucun historique de navigation disponible.

 

Bienvenue

... sur la page Touraine - Val de Loire de la Bibliothèque municipale de Tours !

 

 

 

Entre ceps et caves, éclairage sur les vins de Touraine

 

 ♦♦♦

 

Pour célébrer la fin de prometteuses vendanges, nous vous invitons à suivre notre route des vignobles. Une mise en lumière de plusieurs documents des collections patrimoniales de la Bibliothèque va nous permettre d'aborder l'histoire et la culture de la vigne. Cartes postales, textes réglementaires, publications scientifiques ou annonces commerciales serviront à rendre hommage à cette boisson. Actuellement premier employeur agricole du département, le secteur viticole est assurément un acteur à part entière du développement économique et touristique de la Touraine.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

 

 

 Au mois de mars, la taille de la vigne à la serpe. En septembre, le raisin récolté est pressé en cuve. (BM Tours. Ms 185)

 

La culture de la vigne se développe en Gaule après la conquête romaine, au Ier siècle après J.-C.. En Touraine, des traditions populaires ont entretenu l'idée que son introduction était due à saint Martin. Mais les vignes étaient déjà présentes au IVe siècle après J.-C. et très certainement aux environs de l'abbaye de Marmoutier. En effet, le vin étant utile à l'exercice du service divin, les abbayes et monastères pratiquaient la viticulture dans leurs domaines.

 

Les travaux viticoles sont souvent représentés dans l'iconographie religieuse médiévale. Les deux enluminures ci-dessus proviennent d'un Missel à l'usage de Tours, daté entre 1363 et 1379. Un calendrier précède les textes liturgiques nous offrant de délicates scènes des travaux liés aux mois et de fins ornements de feuilles de vigne stylisées.

 

Au premier plan, sur le coteau face à Tours, la vigne est bien implantée (BM Tours. L.C. Tours. Est.1)

 

Les études montrent que les vignobles, du Moyen Age jusqu'au XIXe siècle, recouvrent de manière assez uniforme toute la Touraine. Certaines parcelles, entourées de murs, prendront le nom de clos.

 

Tous les vins ne sont probablement pas d'excellente qualité. Une grande partie est destinée à la consommation personnelle mais certains crus, fort appréciés en Hollande et en Flandres, voyagent sur la Loire à destination du port de Nantes ou sont envoyés à Paris.

Dans son Mémoire sur la généralité de Tours en 1698, Pierre Carreau nous confie : "Les coteaux, particulièrement sur les rivières de Loire et du Cher, sont chargés de vignobles qui rapportent des vins en abondance. Ceux de Vouvray sont les plus recherchés." A la fin du XVIIIe siècle, Vouvray, Rochecorbon, Saint-Georges et Rougemont restent pour les connaisseurs les quatre plus célèbres vignobles de la Touraine, en blanc (R. Vivier).

 

 En 1882, le phylloxera, petit insecte piqueur est signalé en Indre-et-Loire. Le fléau s'étend rapidement car les luttes chimiques se montrent peu efficaces. En 1900, 25 000 hectares de vignes sont détruits. Les ceps atteints sont arrachés mais de nouvelles méthodes de lutte ont heureusement vu le jour. Le vignoble va être reconstitué grâce au greffage sur des plants américains résistants aux piqûres de l'insecte et, en moindre proportion, par l'usage d'hybrides producteurs directs également résistants. Les années 1901-1905 constituent la grande période de replantation.

 

 

La carte viticole du département ci contre paraît dans l'ouvrage d' Auguste Chauvigné, Le vignoble de la Touraine, en 1913.

Les vignes couvrent alors 41 300 hectares : un tiers de la surface est planté en cépages blanc (en jaune sur la carte), le reste en vignes rouges.

 

Le vin blanc provient essentiellement du cépage de Chenin blanc (ou Pineau de la Loire). Il est cultivé sur les coteaux de la Loire, du Cher, dans la région d'Azay-le-Rideau. Au sud ouest de la Touraine dans le Richelais, le cépage la Folle blanche est privilégié.

Le mousseux produit autour de Vouvray figure pour la première fois en 1907 à la Foire annuelle des vins de Touraine où son succès se confirmera aux côtés des pétillants.

 

En rouge, les grands crus de Chinon et Bourgueil sont issus du cépage Breton (autrement dit Cabernet franc). Les vins du Cher à base de Côt, Grosleau ou Gamay sont plutôt des rouges destinés au commerce. Du côté de Fondettes, Luynes, Cinq-Mars, d'importantes parcelles de vignes en Groslot de Cinq-Mars fournissent des vins de table, frais et légers.

 

Au cours du XXe siècle, la superficie de la vigne ne cesse de diminuer pour atteindre en 2011-2012, 10 300 hectares.

Les causes en ont été multiples : spéculation foncière, concurrence des vins d'autres régions, production de masse privilégiée au détriment de la qualité ou aléas climatiques.  Désormais, "répondant à l'évolution des attentes du marché, la culture de la vigne s'est concentrée sur les secteurs présentant le meilleur potentiel de qualité, correspondant aussi aux vins les plus renommés et à ceux qui sont maintenant reconnus en AOC." (consulter l'article de François Garnotel sur le sujet ICI)

 

 

 

Les cartes postales témoignent des pratiques viticoles au début du XXe siècle. A gauche, à Vernou-sur-Brenne, on s'accorde une pause une fois le vin en fût. Seilles en bois, seaux métalliques, sécateurs et hottes n'ont pas encore été remisés. A droite, dans les vignes de Bourgueil, toutes les générations participent aux vendanges.

 

C'est avec des documents des années 1960 que notre parcours dans les vins tourangeaux se termine et sur ces mots extraits d'une des brochures ci-dessous, toujours d'actualité :

 

"La Touraine Pays des Châteaux est aussi celui des Grands Vins"

 

 

 

**********************

L'ensemble des documents figurés provient des collections de la Bibliothèque municipale de Tours.



La viticulture tourangelle : sélection d'ouvrages en prêt

Le Grand livre des vins de Loire
Le Grand livre des vins de Loire
Guy Jacquemont

Chinon
Chinon
François Midavaine

Le Vouvray
Le Vouvray
Claude Béal

L'évolution actuelle du vignoble tourangeau
L'évolution actuelle du vignoble tourangeau
Yves Babonaux

Jeune parisien chez les vignerons
Jeune parisien chez les vignerons
Paul Babault

Le Vin, lumière du coeur
Le Vin, lumière du coeur
René Benjamin

Le chemin des vignes
Le chemin des vignes
LeRouge&leBlanc

Vignerons nature de la Loire
Vignerons nature de la Loire
Laetitia Laure

Vignes et vins de Loire
Vignes et vins de Loire
Pierre-Alexandre Bouclay

Le vin ligérien
Le vin ligérien
Jean-Claude Bonnaud

Histoire de la vigne en Touraine
Histoire de la vigne en Touraine
James Derouet

Le vin de lune
Le vin de lune
Daniel Forest

La viticulture dans la région de Langeais et Cinq Mars
La viticulture dans la région de Langeais et Cinq Mars
Jean Masfrand

Vignoble de Touraine
Vignoble de Touraine
Catherine Jamet-Tilland

Vignerons et crus de Touraine
Vignerons et crus de Touraine
Jean-Luc Péchinot

L'univers du vin
L'univers du vin
Bernard Bodinier

La viticulture tourangelle : sélection d'ouvrages en consultation sur place

Pour la plupart édités avant 1960, ces livres sont exclus du prêt mais consultables dans la salle Patrimoine Touraine.

Ampélographie tourangelle
Ampélographie tourangelle
Auguste Chauvigné

Le Vignoble de Touraine
Le Vignoble de Touraine
Auguste Chauvigné

L'Agriculture du département d'Indre-et-Loire  ; [suivi de] Concours des primes d'honneur et prix culturaux du département d'Indre-et-Loire en 1931 / rapport de M. Bonafé,...
L'Agriculture du département d'Indre-et-Loire ; [suivi de] Concours des primes d'honneur et prix culturaux du département d'Indre-et-Loire en 1931 / rapport de M. Bonafé,...
Georges Constant

Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle
Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle
Roger Dion

Un problème d'histoire économique
Un problème d'histoire économique
Robert Vivier

Le Vignoble tourangeau devant le phylloxera
Le Vignoble tourangeau devant le phylloxera
Jean-Baptiste Martin

Le Vignoble tourangeau
Le Vignoble tourangeau
Jean-Baptiste Martin

Grands vins de Touraine
Grands vins de Touraine
Jacques-Marie Rougé

Les vins de Touraine au point de vue de leur composition chimique
Les vins de Touraine au point de vue de leur composition chimique
Henri Barré

Les Nobles vins de la Touraine
Les Nobles vins de la Touraine
Jean-Max Eylaud

La Touraine et ses vins
La Touraine et ses vins
Charles Vavasseur

L'Art de faire, gouverner et perfectionner les vins
L'Art de faire, gouverner et perfectionner les vins
Jean-Antoine Chaptal

Congrès viticole de Tours
Congrès viticole de Tours
Congrès viticole

Indre-et-Loire
Indre-et-Loire
Indre-et-Loire

Monseigneur le vin
Monseigneur le vin
Georges Montorgueil

A la gloire du vin
A la gloire du vin
Grande semaine de Tours

Ampélographie ou Traité des cépages les plus estimés dans tous les vignobles de quelque renom
Ampélographie ou Traité des cépages les plus estimés dans tous les vignobles de quelque renom
Alexandre-Pierre Odart

 

Acquisitions Fonds Touraine - Val de Loire (Bibliothèque centrale)

Cliquer ICI pour la liste mensuelle

, les titres depuis janvier 2017

ou ICI pour toutes les nouveautés 2016



 

Touraine : quelques liens

Ville de Tours    Tours Métropole

 

 

Conseil régional Centre Val de Loire    Conseil départemental d'Indre-et-Loire

 

 

 Société archéologique de Touraine   Archives départementales d'Indre-et-Loire

 

 

Mission Val de Loire   Agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique



 

Le saviez-vous ?

 

Tours station uvale !

 

Goûter aux bienfaits du jus de raisin et aux grappes fraîchement récoltées !

A partir de 1932, la ville de Tours accueille pour la première fois les volontaires pour une cure uvale de deux à six semaines. Le péristyle de l'Hôtel de ville prend dès lors des airs de jardin d'hiver !

Très en vogue dans les années 1930, les curistes bénéficient également d'un programme d'activités culturelles et sportives adaptées, pour une bonne santé, la gaieté et la joie de vivre leur promet le guide du Syndicat d'initiative de Touraine.