PORTAL/PORTAL_MEDIAS_7_XML WML key not defined !

Crystal Framework le portail d'Archimed

Recherche

  
    + de critères

 

IDENTIFIEZ VOUS...

 N° de lecteur
 
 Chiffres après les
zéros sur votre carte
de lecteur BM de Tours
Exemple :
n° de carte 22376001234567
n° de lecteur à saisir : 1234567
 
 Mot de passe
 
 Jour et mois de naissance en 4 chiffres (jjmm)
 
Pour accéder à votre compte lecteur et à des
services personnalisés (suivre vos emprunts,
réserver, etc ...)

 

Panier

Mon panier contenant mes noticesMon panier
Mon panier contenant mes recherchesMes recherches

 

Historique

  • Aucun historique de navigation disponible.

 

Bienvenue

... sur la page Touraine - Val de Loire de la Bibliothèque municipale de Tours !

 

1903, voyage à bord du tramway Tours - Saint-Avertin - Larçay

 

Saint-Avertin : distance de la place du Palais, 5 kilomètres.- Très bonne route.- Durée du trajet en tramway, 20 minutes.- Prix, 0fr.30, départs très fréquents dans la journée.- Le tramway prend les bicyclettes.

 

 ♦♦♦

 

Effectivement, de 1899 à 1938, une ligne de tramway relie Tours à Saint-Avertin, "joli village coquettement assis au bord du Cher et très fréquenté les dimanches d'été", ainsi qu'il est écrit dans le Guide de Tours et des châteaux de Touraine de 1912, édité par le Syndicat d'initiative de la Touraine.

 

Dès l'année 1903, le tourangeau Prosper Suzanne, chroniqueur et poète, avait rédigé un guide destiné à accompagner le voyageur dans son trajet, livrant ses impressions de parcours et le guidant vers les sites les plus remarquables ou insolites.

La couverture de la brochure porte la mention "la côte verte" par opposition à "la côte fleurie", expression employée par l'auteur en 1889 pour désigner le côteau de la Loire s'étendant de Tours à Vouvray. Le côteau de la rive gauche du Cher, exposé au Nord, est en effet davantage boisé et ne bénéficie pas de l'ensoleillement de la rive droite du fleuve.

 

Les voyageurs au départ de Tours disposent de plusieurs lignes suburbaines de tramway pour leurs déplacements de proximité.

La première, mise en service en septembre 1889 les emmène à Vouvray. Dix ans plus tard, il est possible de se rendre à Luynes et Fondettes par le tramway. La même année 1899, Saint-Avertin est accessible par un service régulier. Jusqu'à la barrière de Grammont, la ligne est à traction électrique avec prise de courant par plots Diatto, puis elle fonctionne par ligne aérienne dont on voit les nombreux poteaux relais sur les cartes postales.

 

Entre 1899 et 1912, il est possible d'emprunter une correspondance avec un omnibus pour gagner Larçay et Véretz. Ce changement de mode de transport disparaît avec la prolongation de la ligne de tram jusqu'à ces localités en mai 1912.

Un dernier tronçon est inauguré le 1er juillet 1912 permettant de pousser jusqu'à Azay-sur-Cher.

Le trajet complet Tours-Azay, de 14 kilomètres, dure environ 1h10.

Pour accueillir au mieux les voyageurs, des gares sont construites aux principales stations.

 

Cliquer sur les documents pour visionner les détails

 

 

Le départ pour Saint-Avertin a lieu place de la gare à Tours. On aperçoit sur la carte postale de gauche, devant l'édifice nouvellement construit par Victor Laloux, le kiosque abritant les services de renseignements ainsi qu'une motrice tractant une baladeuse prête à se mettre en route.

Rejoignant la place du Palais de justice, le tramway remonte ensuite toute l'avenue de Grammont. Il franchit la barrière de Grammont en passant les grilles de l'octroi, dépasse le vélodrome et poursuit sa route franchissant le Cher pour atteindre l'entrée du château de Grandmont. Bifurquant peu après sur la gauche, il longe alors la voie menant à destination de la petite bourgade qui compte dans ces premières années du XXe siècle un peu plus de 1 800 habitants.

 

 

" Dans la vaste prairie du Cher s'étend l'hippodrome où la Société sportive de Tours organise des réunions très suivies ". Effectivement le champ de courses était situé dans l'actuel quartier des Fontaines dont le nom rappelle que de nombreuses sources étaient captées et stockées dans des bassins afin d'alimenter en eau la ville de Tours.

 " Les fontaines, que l'on peut visiter, sont à 350 mètres de la ligne de tramway, sur le chemin qui monte à la Petite-Alouette (...) De longues galeries suivent les canalisations sur une longueur d'environ 2 kilomètres et donnent l'impression d'une petite ville souterraine. "

 

 

 

 Après 6 kilomètres de transport, le bourg de Saint-Avertin est en vue. Prosper Suzanne nous en dresse une description flatteuse : " Le coteau lui sert de toile de fond et la flèche aigüe du vieux clocher complète le plus agréablement du monde ce paysage de rêve où l'on trouve réunis sur un seul point : de l'eau, des arbres, un vieux pont, des bateaux à voiles, une colline ombragée, des silhouettes de châteaux et de fécondes prairies avec des horizons infinis."

 

 

 

Le village attire la clientèle tourangelle désireuse de prendre du bon temps au bord du Cher, de s'adonner au canotage et à l'aviron au Rowing-Club ou d'enfourcher une bicyclette pour une balade le long de la rivière. Le parcours est également jalonné de nombreux cafés-restaurants qui vous promettent de passer une agréable journée. Les deux cabarets champêtres les plus recherchés sont le restaurant Fouqueux et le restaurant Jaulnay.

 

" Le restaurant Fouqueux est un de ces établissements qui donnent le mieux la note caractéristique de Saint-Avertin. Ses deux entrées en font une sorte de rue, où passe et stationne la foule. Des bosquets, une charmille, un labyrinthe et la cour d'entrée permettent de choisir, chacun selon son goût, un coin discret ou découvert pour écouter la mélodie que chante un artiste fidèle à l'établissement."

 

 

Le Jaulnay (carte postale ci-dessus) semble pour sa part attirer une clientèle plus populaire qui "mange des oeufs durs sous des tonnelles couvertes de vignes vierges, en buvant les gros vins rouges du Cher" nous précise Prosper Suzanne. Il ajoute dans la même veine " les habitués jouent au tonneau en manches de chemise et l'on chante encore des romances, écoutées par des amis qui les coudes sur la table reprennent le refrain en choeur."

 

Les guides conseillent aux curieux de se rendre sur le plateau pour bénéficier de la belle vue sur la plaine, la ville de Tours et les coteaux de la Loire. Pour se faire, la route emprunte la rue de l'Écorcheveau où furent découverts des sarcophages lors de l'aménagement de la voirie.

 

D'époque mérovingienne, il semble que l'on ait perdu leur trace après leur extraction des cavités en 1967.

 

 

Le voyage pouvait se poursuivre jusqu'à Larçay, à 5 kilomètres de Saint-Avertin, en voiture omnibus en attendant la prolongation de la ligne de tramway jusqu'à son terminus, Azay-sur-Cher, le 30 juin 1912.

 

A gauche, une motrice de tram entre dans le bourg de Larçay en passant devant les écoles. Au centre, extrait du Journal d'Indre-et-Loire du 26-27 mai 1912. A droite, article paru dans le Journal d'Indre-et-Loire du 29 juin 1912 annonçant les festivités lors de l'inauguration de la station de tram d'Azay-sur-Cher.

 

**********************

L'ensemble des documents figurés provient des collections de la Bibliothèque municipale de Tours.



Acquisitions Fonds Touraine - Val de Loire (Bibliothèque centrale)

Cliquer ICI pour la liste mensuelle

, les titres depuis janvier 2017

ou ICI pour toutes les nouveautés 2016



 

Touraine : quelques liens

Ville de Tours    Tour(s)plus-Communuaté d'agglomération

 

 

Conseil régional Centre Val de Loire    Conseil départemental d'Indre-et-Loire

 

 

 Société archéologique de Touraine   Archives départementales d'Indre-et-Loire

 

 

Mission Val de Loire   Agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique